L’amélioration des compétences en gestion est bénéfique pour une ferme laitière canadienne

By
 In news

Désireux de renforcer leurs compétences en gestion d’entreprise, les producteurs laitiers Joe et Barb Terpstra se sont inscrits au Programme de gestion agricole avancée (PGAA). Offert par l’Institut de gestion agroalimentaire (IGA), ce programme aborde des sujets d’intérêt pour les producteurs laitiers de l’Ontario, dont la planification d’entreprise, la compréhension des états financiers, l’évaluation de la gestion du risque et la connaissance du coût de production.

« Nous sommes d’excellents producteurs, mais nous ne maîtrisons pas parfaitement le volet affaires, comme les facteurs qui influent sur notre efficience et l’interprétation de nos états financiers », avoue Mme Terpstra. « Ce ne sont pas des choses que nous pouvons apprendre en passant notre temps dans l’étable; il nous faut sortir et aller parler à d’autres producteurs. »

Les Terpstra possèdent une étable robotisée qui compte 340 vaches laitières, et ils pratiquent la rotation des cultures sur des terres qui leur appartiennent et qu’ils louent; ils y produisent successivement des cultures fourragères pour leurs vaches et des cultures commerciales, soit du soja, du maïs et du blé.

  1. Terpstra s’occupe principalement des vaches et des cultures, et sa conjointe gère davantage les finances après avoir suivi le PGAA. C’est grâce à ce programme qu’ils se sont rendu compte de leurs lacunes et des aspects à surveiller.

Un de leurs points faibles était la budgétisation fondée sur les résultats financiers. Ils dont donc créé, de concert avec leur comptable, un système précis de budgétisation et de prévision financière spécialement conçu pour l’agriculture afin de pouvoir effectuer des comparaisons mensuelles.

« Nous voulions séparer chaque secteur de la ferme, soit la production laitière, l’élevage de génisses et la production de cultures commerciales, et les regrouper à la fin de l’année pour déterminer les points à améliorer ou les gains d’efficience que nous pourrions réaliser » ajoute M. Terpstra.

En plus de leur comptable, l’équipe de conseillers des Terpstra est composée de leur avocat, de leur vétérinaire et de généticiens, spécialistes de leur domaine respectif qui peuvent améliorer le fonctionnement et l’efficacité de leur ferme. Après avoir terminé le PGAA, les Terpstra ont aussi créé un plan d’affaires officiel qui comporte un énoncé de vision.

« Cet exercice nous a permis de réfléchir à la situation actuelle et à l’avenir de notre ferme et d’établir une ligne directrice pour la prise de décisions d’affaires », dit Mme Terpstra. « Il s’agit de déterminer si chaque décision nous aide à concrétiser notre vision d’avenir. »

Leur nouveau système comptable leur permet de surveiller leur coût de production au fil des mois, et ils ont effectué une évaluation de la gestion du risque de leur exploitation qui portait sur l’état de vaccination des vaches et l’opportunité des soins qui leur sont prodigués, la bonification de leur assurance et l’amélioration de la santé et de la sécurité des employés, entre autres.

« Il faut corriger les points faibles et reconnaître les points forts », croit M. Terpstra.

« Quiconque hésite à s’inscrire au PGAA devrait vraiment le faire », conseille Barb. « Vous n’en tirerez que des avantages et vous découvrirez des goulots d’étranglement insoupçonnés dans votre entreprise. »

Pour en savoir davantage sur les Terpstra, veuillez regarder la vidéo à l’adresse suivante : https://www.youtube.com/watch?v=ot1PQxXVLnE&t=4s.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le Programme de gestion agricole avancée, veuillez consulter le site Web http://advancedfarmmanagement.ca/.

L’IGA bénéficie d’un financement du Partenariat canadien pour l’agriculture, une initiative fédérale-provinciale-territoriale. Renseignements : www.takeanewapproach.ca.

 

Par: Lilian Schaer